Le sac à tricot de Louise

Cette semaine, je me suis lancée dans la réalisation d’un sac à tricot (pour ma maman, ce n’est pas moi qui tricote). Pour cela, j’ai suivi le tuto des lubies de Louise qui explique comment coudre un sac à tricot qui est en fait un sac polochon doublé avec une poche intérieure. Le tuto comporte beaucoup d’étapes, c’était un beau challenge!

Les tissus aux couleurs flashy et féminines rendent ce sac très sympa devenu un objet de déco dans la maison. Le dessus est un tissu de la marque « A Spark of Happiness » trouvé chez Ma Petite Mercerie et la doublure est un voile blanc aux petites étoiles corail. Les anses du sac et les côtés sont en sergé corail pour plus de solidité.

 

Je suis contente du résultat. Apprendre avec les tutoriels de Louise est un vrai plaisir! Comme je vous l’ai raconté dans un ancien article intitulé Mes premières cousettes, j’ai débuté la couture en confectionnant la trousse à maquillage de Louise pour apprendre à coudre une fermeture éclair. Sur le blog Les Lubies de Louise, vous trouverez également les tutos du sac cabas, du sac à bouteille (très utile pour offrir!) et plein d’autres idées de cousettes.

Mes premières cousettes

Au fil de mes premiers mois en tant que couturière débutante, j’ai choisi des patrons simples pour apprendre petit à petit les techniques de couture et j’ai acquis au fur et à mesure quelques livres qui expliquent les bases de la couture.

Par exemple, aux Editions Marie Claire, on trouve des petits livres très clairs qui m’ont guidée pour coudre une housse de coussin avec appliqués et des doudous. Grâce à ces petites réalisations, j’ai appris à décalquer un patron, le reporter sur le tissu, piquer à la machine, coudre un ourlet rentré…

 

J’ai aussi cousu des petites trousses grâce au tuto des Lubies de Louise. Ce fut l’occasion d’apprendre à poser une fermeture à glissière, un vrai défi vite relevé grâce à ce tuto très clair.

 

Puis coudre mes propres vêtements m’est devenu indispensable. Mes premières réalisations ont été franchement ratées. Je craquais pour des tissus trop épais qui ne se prêtaient pas au modèle ou pour des imprimés qui ne rendaient pas du tout une fois cousus. Puis j’ai eu des petits coups de cœur que je présenterai dans un prochain billet.